Les élèves du lycée « Le Rocher » de Salon à la rencontre de l’histoire

Le groupe écoute la Responsable Qualité avec attention (Crédit photo : Gisèle Trincot)

Le groupe écoute la Responsable Qualité de Marius Bernard avec attention (Crédit photo : Gisèle Trincot)

Mardi 15 octobre, le Projet Poudrerie a accueilli une quinzaine d’élèves de CAP de la section « Conducteurs d’installations de production » du lycée Le Rocher de Salon-de-Provence. Une visite des ateliers de production de l’entreprise Marius Bernard, la conserverie bien connue des gourmets, a pu être organisée en parallèle à la découverte de l’exposition « Monde ouvrier : histoire passée, mémoire présente » à l’Atelier 480.

A l'atelier 480, pou la découverte de l'exposition (Crédit photo : Carole Koch)

A l’atelier 480, pour la découverte de l’exposition (Crédit photo : Carole Koch)

Pour cette « balade saint-chamassenne », les 16 élèves étaient accompagnés de leur professeur de français-histoire, Claire Duclos, de leur professeur de technique professionnelle, Eric Brunon et de Carole Koch, la responsable du Projet Poudrerie.

D’abord accueillis par la Responsable Qualité de l’entreprise, le petit groupe a pu visiter les salles de réception et de réfrigération de la marchandise, les différents ateliers de production, les chaînes de conditionnement et l’entrepôt de stockage des produits finis. Au-delà des aspects purement « techniques » de la production, qui ont fortement intéressé les élèves, les jeunes visiteurs ont pu découvrir les origines de la création de l’entreprise en 1958. Le fondateur était en effet cuisinier, et c’est à la faveur d’une association avec un représentant de commerce notamment en épices, que les premiers essais ont pu être réalisés, pour la préparation et la conservation de spécialités à base de produits locaux (notamment le produit de la pêche dans l’étag de Berre). L’activité, qui a démarré dans un petit atelier d’environ 100 m2 s’est étendue au fil des décennies pour devenir cette « usine qui sent bon » déployée à l’entrée du quartier du Loir, à Saint-Chamas. Si la modernité se retrouve dans l’innovation mise en oeuve au sein de l’usine, certaines choses n’ont pas changé pour autant. En effet, les élèves ont été très étonnés de constater qu’encore aujourd’hui aucun additif ni conservateur n’est ajouté aux préparations : seuls la fraîcheur des ingrédients et le mode de cuisson assurent la qualité des produits finis.

Ils ont ensuite été accueillis à l’Atelier 480, ancien bâtiment de la Poudrerie mis à disposition par la Mairie de Saint-Chamas et reconverti en lieu d’exposition, où ils ont pu découvrir deux volets de l’exposition « Monde ouvrier : histoire passée, mémoire présente » :
– les photographies d’ouvriers d’aujourd’hui réalisés par les photographes de l’association istréenne Flash’Tic dans les ateliers des entreprises partenaires (Deshons Hydraulique, SAMT et Mariton) mises en résonance avec des photographies d’archives montrant d’anciens Poudriers
– une dizaine de panneaux historiques présentant des documents d’archives inédits traitant de la vie quotidienne des Poudriers, de la gestion des risques, de la naissance du syndicalisme et proposant aussi le parcours d’anciens Poudriers (Francis Robert et Jacques Negron)

M. Negron était également présent et a pu échanger avec Charlie, Julien, Mathis, Laurent, Eymeric, Alexandre, anthony et les autres, qui se sont montrés très intéressés par son récit.

Au premier plan, Claire Duclos en grande conversation avec Jacques Negron (Crédit photo : Carole Koch)

Au premier plan, Claire Duclos en grande conversation avec Jacques Negron (Crédit photo : Carole Koch)

Les supports élaborés par l’association ID Méditerranée, pilote du projet, ont permis aux élèves de découvrir les panneaux d’exposition de manière didactique. Un second livret permettra aux enseignants d’approfondir les thèmes évoqués dans le cadre de l’exposition.

Pour ces élèves originaires de Salon, de Port de Bouc, de Pélissanne ou de Miramas, ce fut l’occasion de découvrir une part de leur histoire, puisque parmis les Poudriers ayant travaillé à la Poudrerie tout au long de ses 300 ans d’existence, nombreux étaient les ouvriers issus de ces villes.

L’exposition, visible jusqu’au 31 octobre tous les après-midi et le samedi matin, sera ensuite itinérante.

Prochain RDV : la projection du film documentaire sur l’histoire de la Poudrerie réalisé par les membres d’ID Méditerranée, samedi 16 novembre à 18h à la salle municipale (suivie d’un vin d’honneur).

Voir l’article paru dans La Provence le 4 novembre 2013 : Article La Provence 4 novembre 2013

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s