Travailleurs Indochinois : journée de commémoration et d’échange à la Poudrerie

Dimanche 20 octobre, une journée consacrée aux Travailleurs Indochinois s’est déroulée à Saint-Chamas et Miramas, autour de plusieurs événements qui ont rassemblé près de 150 personnes.

Elus, descendants des travailleurs et responsables associatifs se sont retrouvés autour de la gerbe à la mémoire des Công Binh (Crédit photo : Martine Granat)

Elus, descendants des travailleurs et responsables associatifs se sont retrouvés autour de la gerbe à la mémoire des Công Binh (Crédit photo : Martine Granat)

Pour la troisième année consécutive, une cérémonie rendant hommage aux Công Binh a eu lieu à la Poudrerie, en présence des élus locaux, d’associations, de descendants de ces ouvriers-soldats déportés de force durant la Seconde Guerre Mondiale et d’un public nombreux et ému.

Une vue du public venu nombreux assister à la cérémonie (Crédit photo : Martine Granat)

Une vue du public venu nombreux assister à la cérémonie (Crédit photo : Martine Granat)

Organisée par Jacques Lemaire, vice-président de l’association des Amis du Vieux Saint-Chamas (aidé de son épouse Maryse), par Joël Pham et Richard Trinh (respectivement secrétaire et président de l’association M.O.I. – Mémorial pour les Ouvriers Indochinois), la journée a bénéficié de l’aide des Villes de Saint-Chamas et Miramas et du soutien actif des descendants des Travailleurs Indochinois, venus en nombre pour participer à cette manifestation en l’honneur de leurs pères.

Lors de l'allocution de M. Vigouroux, Maire de Miramas, avec Jacques Lemaire, organisateur de la journée et les officiels (Crédit photo : Martine Granat)

Lors de l’allocution de M. Vigouroux, Maire de Miramas, avec Jacques Lemaire, organisateur de la journée et les officiels (Crédit photo : Martine Granat)

Comme l’a révélé l’ouvrage de Pierre Daum « Immigrés de force » (Actes Sud, 2009) et les travaux récents de Jacques Lemaire, Jean-Luc Aubert et Joël Pham *, faisant largement écho aux recherches personnelles des dizaines de descendants des Công Binh, près de 20,000 jeunes Indochinois ont été déportés de force vers la France à partir de 1939 pour soutenir l’effort de guerre dans les sites de production d’armement, comme la Poudrerie de Saint-Chamas, où plus d’un millier d’entre eux a été en poste.

Les gerbes déposées à la mémoire des Công Binh (Crédit photo : Martine Granat)

Les gerbes déposées à la mémoire des Công Binh (Crédit photo : Martine Granat)

Orchestrée par Jacques Lemaire, cette journée a commencé par une cérémonie où se sont succédé discours officiels, lectures et témoignages devant la plaque commémorative où des gerbes ont ensuite été déposées, en présence de représentants de l’association locale des Anciens Combattants.

Lors de l'émouvant témoignage de Danièle Vo Van, fille de Vo Van Doi (Crédit photo : Martine Granat)

Lors de l’émouvant témoignage de Danièle Vo Van, fille de Vo Van Doi (Crédit photo : Martine Granat)

Après un apéritif offert par la Ville de Miramas où l’ensemble des participants a pu se réunir dans la Grande Halle de l’ancienne Poudrerie, une quarantaine de personnes parmi lesquelles élus, représentants d’associations locales, familles et amis a dégusté une paëlla au restaurant le « Champs de Mars »  à Saint-Chamas.

Repas au Champs de Mars (Crédit photo : Martine Granat)

Repas au Champs de Mars (Crédit photo : Martine Granat)

Plus de 40 personnes se sont retrouvées au restaurant le Champs de Mars à Saint-Chamas, à l'issue de la cérémonie (Crédit photo : Martine Granat)

Plus de 40 personnes se sont retrouvées au restaurant le Champs de Mars à Saint-Chamas, à l’issue de la cérémonie (Crédit photo : Martine Granat)

Lors du repas organisé au Champs de Mars (Crédit photo : Martine Granat)

Lors du repas organisé au Champs de Mars (Crédit photo : Martine Granat)

Les organisateurs et les familles sont ensuite allés se recueillir sur la tombe des Travailleurs Indochinois au cimetière de Saint-Chamas, où ils ont brûlé quelques bâtons d’encens, comme le veut la tradition.

Lors du mot d'accueil de Jacques Lemaire, accompagné de Joël Pham (co-fondateur et actuel secrétaire de l'association "M.O.I. : Mémorial pour les Ouvriers Indochinois") et de Richard Trinh (co-fondateur et président de cette association)

Lors du mot d’accueil de Jacques Lemaire, accompagné de Joël Pham (co-fondateur et actuel secrétaire de l’association « M.O.I. : Mémorial pour les Ouvriers Indochinois ») et de Richard Trinh (co-fondateur et président de cette association)

A 16h, tous ont pu (re)découvrir au cinéma de Miramas le film documentaire « Công Binh, la longue nuit indochinoise », réalisé par Lam Lê et nourri d’un long travail d’enquête en France et au Vietnam, notamment auprès de ces ouvriers-soldats et de leurs familles. Après un chaleureux mot de bienvenue de la part de Bernard Pottier, directeur du cinéma le Comoedia, le film a été présenté par Jacques Lemaire, Joël Pham et Richard Trinh. Environ 150 personnes étaient présentes, parmi lesquelles d’anciens Poudriers, comme André Limon, qui oeuvre depuis des années à la valorisation de l’histoire et de la mémoire de l’ancienne Poudrerie et prend une part active à nos côtés dans le Projet Poudrerie.

Le public venu assister à la projection du film de Lam Lê à 16h au cinéma le Comoedia, Miramas (Crédit photo : Martine Granat)

Le public venu assister à la projection du film de Lam Lê à 16h au cinéma le Comoedia, Miramas (Crédit photo : Martine Granat)

Cette journée a été une belle réussite tant par le programme proposé que par le nombre de personnes présentes. Le public est d’ailleurs de plus en plus nombreux chaque année à participer à cette manifestation, reflet du rôle de ce fragment de mémoire dans la construction identitaire locale, fortement ancrée à l’histoire de la Poudrerie.

A voir, un petit reportage réalisé par France 3 : http://provence-alpes.france3.fr/2013/10/20/journee-de-commemoration-saint-chamas-en-memoire-des-travailleurs-indochinois-342579.html

* Des travaux universitaires ont également évoqué ce fait historique. Voir par exemple l’ouvrage de Robert Mencherini « Vichy en Provence : 1940-1942 », Midi rouge, ombres et lumières Tome 2 (2009)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s