A la découverte du patrimoine industrialo-militaire de Toulon

Le 30 juillet dernier, une petite équipe d’ID Méditerranée a été accueillie à Toulon par l’un des membres du Conseil d’Administration de l’association, également chercheur associé au Projet Poudrerie, pour une journée de visite et de découverte, en partenariat avec la Ville de Toulon, le Service Historique de la Défense et le Musée national de la Marine.

Sur l'emplacement de l'ancienne voie ferrée entre la "P2" et la "P3", aujourd'hui disparue

Sur l’emplacement de l’ancienne voie ferrée entre la « P2 » et la « P3 », aujourd’hui disparue

Ainsi, Michel Augier, retraité de la DCN de Toulon, a permis à Nathalie Raymond, la secrétaire d’ID Méditerranée et à Carole Koch, la responsable de projet, de découvrir, avec d’autres passionnés de l’histoire industrielle et militaire locale, les Poudrières de Toulon, les fonds d’archives et une exposition du Service Historique de la Défense, ainsi que les magnifiques collections du Musée national de la Marine.

Les Poudrières

Les poudrières de Toulon ont été construites à la fin du XIXè siècle afin de stocker les poudres, les munitions, puis les explosifs. Elles présentent une architecture caractéristique : un tunnel d’environ 70 mètres de long et de 12 mètres de large est creusé dans la colline dans lequel est construit le « magasin », véritable « boîte » de 50 mètres de long par 10 de large et 10 de haut.

Le groupe à l'intérieur de la Poudrière n°3, où le magasin construit à l'intérieur de la caverne est encore visible.

Le groupe à l’intérieur de la Poudrière n°3, où le magasin construit à l’intérieur de la caverne est encore visible.

A l’intérieur, un ingénieux système de voûtes et de conduits, complété par deux cheminées dont les extrémités ressortent par le haut de la colline, permettent une ventilation efficace et contribuent, avec l’architecture des installations, à la prévention des risques.

Le haut de la cheminée de la Poudrière n°2

Le haut de la cheminée de la Poudrière n°2

Le Capitaine des Pompiers Albert Meuvret, qui pilote le Comité Communal des Feux et Forêts de Toulon, installé dans la « P3 » (Poudrière n°3), a accueilli le groupe pour une visite commentée de la seule poudrière dont le magasin interne est encore intact.

Le groupe entoure le Capitaine Albert Meuvret, qui a animé la visite de la P3, aujourd'hui utilisée par le CCFF de Toulon qu'il pilote.

Le groupe entoure le Capitaine Albert Meuvret

Si le sujet vous intéresse, voir les articles parus dans Var Matin le 21/02/08 http://www.varmatin.com/article/toulon/les-mysteres-enfouis-de-la-poudriere-saint-pierre.57514.html et le 23/12/13 :  http://www.varmatin.com/toulon/terrain-a-vendre-qui-veut-de-la-mysterieuse-poudriere-des-moulins-a-toulon.1523150.html . Voir également l’article suivant, paru sur un site qui recense les fortifications françaises entre 1874 et 1914 http://www.fortiff.be/iff/index.php?page=s240 avec notamment une série très intéressante de documents iconographiques (plans et photographies) et un article tout récent sur la P4 (Var Matin 4 août 2014) : cliquez ici pour télécharger l’article

Le Service Historique de la Défense à Toulon

Le groupe a ensuite été reçu par Carole Gragez, Conservateur en chef du Service Historique de la Défense, installé dans l’ancienne corderie de la Marine. Là, les participants ont pu découvrir, avant même qu’elle ne soit lancée, la toute nouvelle exposition du service « La Marine française dans le débarquement de Provence » (du 18 août au 19 décembre 2014, Corderie royale – entrée par la porte du service historique de la Défense, tous les jours 8h30-12h/13h-17h sauf vendredi 13h-17h, fermeture les weekends et le 1er mardi matin du mois), en même temps qu’une équipe de France 3 venue interroger la responsable (le reportage devrait être diffusé autour du 15 août).

Carole Gragez, Conservateur en chef, présente l'exposition qui sera présentée le 18 août prochain

Carole Gragez, Conservateur en chef, commente l’exposition qui sera présentée le 18 août prochain

L’exposition évoque de nombreuses étapes clé dans ce moment fort de l’histoire, comme l’ « Opération Dragoon » dans laquelle Churchill était assez réticent à ce que la France intervienne. Le rôle des engagés volontaires est souligné, tout comme le développement, à cette période, du personnel féminin dans la Marine, qui n’y était alors que très peu représenté.

Une équipe de télévision était sur place pour avoir, comme ID Méditerranée, la primeur des informations sur cette nouvelle exposition

Une équipe de télévision était sur place pour avoir, comme ID Méditerranée, la primeur des informations sur cette nouvelle exposition

Parmi les fonds présentés, les registres des Galères de Toulon, qui ont été remplacées à partir de 1748 par le Bagne, relatent le sort des très nombreux condamnés, la plupart pour des délits mineurs, à passer plusieurs années, voire même souvent leur vie, sur les navires de bas bord utilisés pour faire la guerre.

Le Conservateur du SHD présente quelques ouvrages anciens sur les Galères de Marseille et le Bagne de Toulon

Le Conservateur du SHD présente quelques ouvrages anciens sur les Galères de Marseille et le Bagne de Toulon

Enfin, les représentants d’ID Méditerranée ont pu visiter la bibliothèque du SHD, qui renferme plus de 40,000 ouvrages (dont le catalogue est consultable en ligne à l’adresse suivante http://www.servicehistorique.sga.defense.gouv.fr/Le-catalogue-de-la-bibliotheque.html), et feuilleter des atlas de voyage du XVIIIè siècle.

La magnifique bibliothèque du SHD

Les rayonnages de la bibliothèque du SHD

Le Musée national de la Marine

En fin de journée, le groupe a été reçu au Musée national de la Marine, par François Laborieux, guide et responsable du développement du Musée. Parmi les collections, on note de majestueuses peintures de Joseph Vernet relatant avec précision le développement du port de Toulon et ses activités civiles et militaires, des maquettes de bâtiments (la corderie royale, la poudrière de Milhaud), des décors de poupe et de proue et des maquettes de bateaux (du XVIIème siècle à aujourd’hui).

Les collections du musée sont en ligne (http://www.musee-marine.fr/content/mise-en-ligne-des-collections-du-musee) mais rien ne vaut une vraie visite !

Au Musée national de la Marine, la très belle maquette de la corderie

Au Musée national de la Marine, la maquette de la corderie, présentée par François Laborieux

Des maquettes de navires anciens, qui servaient notamment à la formation des marins

Des maquettes de navires anciens, qui servaient notamment à la formation des marins

Retour à notre époque, avec l'impressionnante maquette du Charles De Gaulle

Retour à notre époque, avec l’impressionnante maquette du Charles De Gaulle

Une journée bien remplie, qui permet de poursuivre le développement du Projet Poudrerie et de son réseau de partenaires.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s