Une chercheure mauricienne à la Poudrerie !

Le 29 août dernier, ID Méditerranée a accueilli Mme Vijayalakshmi Teelock pour découvrir la Poudrerie.

Historienne et professeure d’histoire associée de l’Université de l’île Maurice, directrice du Centre de Recherche sur l’Esclavage et l’Engagisme et membre du Comité Scientifique International du Projet « La Route de l’Esclave » de l’UNESCO, elle a profité d’une visite aux Archives nationales d’outre-mer à Aix-en-Provence pour improviser un saut à Saint-Chamas, afin de rencontrer les membres d’ID Méditerranée et visiter la Poudrerie.

Depuis deux ans, elle travaille avec une équipe pluridisciplinaire sur le site du Moulin à Poudre à l’Ile Maurice, l’un des rares complexes de fabrication de poudre noire situé dans une colonie française, établi en 1775 sur l’île.

Ayant découvert le travail réalisé par ID Méditerranée avec Centrale Nantes en 2014, elle a contacté les chercheurs de l’association pour en savoir plus sur l’étude détaillée du complexe de fabrication de poudre noire. Celle-ci avait donné lieu à une publication scientifique, à la réalisation d’une modélisation 3D des moulins à poudre noire de Saint-Chamas et à la rédaction de fiches didactiques qui ont contribué à la réalisation de la signalétique historique mise en place sur le site en juin 2017.

L’objectif de cette rencontre était de développer un partenariat avec l’équipe scientifique d’ID Méditerranée et de bénéficier de son expertise, tout en découvrant un autre site de fabrication de poudre noire, sur le continent français.

A l'appui de la visite, de nombreux documents d'archives ont été utilisés

A l’appui de la visite, de nombreux documents d’archives ont été utilisés (Crédit photo : Alison Ameziane)

Elle était accompagnée d’Alain Benard, généalogiste et chercheur en France, qui contribue aux recherches en cours sur le moulin à poudre de Maurice.

Vincent Bault, de la société Energialys, qui exploite la microcentrale hydroélectrique de Saint-Chamas a également participé à la visite.

Ainsi, grâce à une visite guidée de la poudrerie, avec à l’appui les nombreux documents que l’association rassemble et valorise depuis 2011 auprès des publics, les visiteurs ont pu découvrir les différentes zones de ce complexe industrialo-militaire unique dans la région, ainsi que les techniques de fabrication et l’organisation du travail, des martinets à poudre du XVIIe siècle aux usines hydrauliques en service jusqu’à la fin de la seconde Guerre Mondiale.

Mme Teelock s’est également rapprochée de l’équipe de Florent Laroche, à Centrale Nantes (partenaire d’ID Méditerranée) pour étayer encore les compétences rassemblées autour de son projet de recherche et réaliser une maquette 3D du site de l’Océan Indien.

Un échange mutuel très intéressant qui ne manquera pas de porter ses fruits !

Publicités

2 réponses à “Une chercheure mauricienne à la Poudrerie !

  1. Bonjour,J’imagine que Mme Teelock connaît déjà toutes les sources concernant le moulin à poudre de l’île de France, mais vous pouvez la renvoyer à mon livre L’Etat, l’armée, la science. L’invention de la recherche publique en France (1763-1830), Rennes, PUR, 2002 et lui dire de me contacter pour quelques sources complémentaires dans les Archives de la Guerre.Cordialement,Patrice Bret

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s